Histoire de la chapelle

Aspect extérieur, photo G. Laval
Aspect extérieur, photo G. Laval

Achevée en octobre 1930, la chapelle Claire-Joie appartenait à la congrégation diocésaine des Soeurs de Jésus Rédempteur et de Marie Médiatrice.
Les Sœurs de Jésus étaient présentes à St-Didier depuis le XVIIème siècle. Elles se sont installées sur le boulevard des passementiers dans l’ancienne usine de rubans d’Amable Sauvignet en 1858.
En 1970, les bâtiments sont vendus à la congrégation des Ursulines qui créent la maison de retraite de Claire-Joie. En 2005, les religieuses quittent St-Didier, la maison de retraite ferme.
La commune rachète les locaux, en cède une partie l’année suivante tout en conservant le parc et la chapelle.( L’office notarial et un foyer -logements adapté à l’accueil des personnes âgées non dépendantes s’installeront dans les bâtiments principaux.)

Le souhait de la sœur Emmanuelle de Givry, dernière supérieure de Claire-Joie, lors de la vente de la chapelle était que « la commune devrait utiliser la chapelle comme un lieu destiné à des manifestations culturelles ». Ce que confirmera une délibération du conseil municipal de St-Didier du 12 juillet 2005.

aspect intérieur, Photo G. Laval
aspect intérieur, Photo G. Laval

L’historique de la chapelle par Anita Nonet dans le Progrès du

26216SOEURSCLAIREJOIE